Après l’enfer, le paradis : la nouvelle vie d’un beagle de laboratoire

Il y a déjà quelques mois, Passion Beagle vous faisait part de l’histoire d’Audrey M., qui a su négocier la libération de sept beagles en fin de protocole auprès d’un laboratoire d’expérimentation animale. Stéphane R., l’un des adoptants, revient à son tour sur cette belle histoire et nous raconte la nouvelle vie de son petit protégé.

Comment vous est venue l’idée d’adopter un chien de laboratoire ?

J’ai toujours grandi en compagnie d’animaux dits « de compagnie », des chiens en particulier ! Enfant, j’ai été accompagné par plusieurs Cockers, puis quand je me suis installé en famille, notre premier adoption beagle laboratoire chien était un Bobtail baptisé Ariane… Ensuite est arrivée Vanille, un Golden, qui aujourd’hui encore est à mes côtés. Début 2012, j’ai du faire la (nécessaire) expérience de la séparation… Ce divorce m’a amené à déménager, mais Vanille est restée notre compagne au quotidien dans mon nouveau logement… Je dis « notre » car en effet, mes deux filles, Camille et Melany, ont été élevées avec cette chienne et dans l’esprit (mais sans effort aucun) du respect de l’animal, que l’on ne « traite pas comme un chien » ! Elles sont très attachées à leur Golden Retriever et ce, depuis sa naissance. Néanmoins, nos activités quotidiennes laissaient Vanille bien seule à la maison de cette « famille décomposée »… Aussi ai-je décidé de lui trouver une compagne ou un compagnon.

Dans mon esprit, depuis quelque temps déjà, germait l’idée de l’adoption. Initialement, je pensais trouver auprès des services de la SPA une petite bête (ou pas) à qui je pourrais proposer un nouveau foyer et, par la même occasion, une mission de « compagnon pour Vanille à plein temps » !

C’est en parcourant les nombreuses pages de Facebook que j’ai souhaité changer d’orientation : associer à mon rôle de « simple adoptant » une plus noble « mission ». J’en ai parlé aux filles, qui ont été aussitôt emballées : pourquoi ne pas adopter un chien sorti de laboratoire ?! « Oh oui, on serait des héros, papa… », m’a dit Melany ! J’ai donc poursuivi dans ce sens en proposant mes services à une mystérieuse Juliette, qui, au vu des posts découverts sur Facebook, semblait très mobilisée, motivée, passionnée… Le Beagle ?! Pourquoi pas… C’était décidé : ce serait un Beagle. Juliette m’a annoncé avoir pris connaissance de mon souhait d’adoption et qu’elle ne manquerait pas de me contacter si d’aventure, une opportunité se présentant. Bien lui en a pris, un jour, de s’en rappeler. Et c’est ainsi que tout a commencé.

Après bien des péripéties et après avoir fait de mon mieux pour témoigner de ma motivation et des garanties nécessaires à l’adoption dans de très bonnes conditions, l’affaire fut faite, avec un rendez-vous pour le 23 janvier 2013. Je ne savais que peu de choses sur ce(ux) que j’allais découvrir… Juste quelques contacts téléphoniques, déjà très amicaux et enthousiastes, avec Audrey, chargée de nous présenter notre nouveau compagnon et son entourage protecteur. « J’espère que le collier que vous aurez choisi sera assez grand car je vous rappelle que vous risquez de voir une petite boule plutôt qu’un chien », m’avait-elle dit ! Mais il n’en fut rien…

Le jour J, tout était prêt : les gamelles, le « sac de voyage » et le nécessaire pour le retour. Restaient 600 kilomètres à parcourir, que Camille (ma « petite » de 13 ans), ne se serait en aucun cas abstenu de faire !

medaille chien os rouge

Vous avez nommé votre petit protégé « Heaven ». Pourquoi ce choix ?

Mes filles et moi étions impatients de proposer un « paradis » à ce chien qui n’a connu probablement que « l’enfer », celui des portes closes et des grillages… « Paradis », cela ne sonnait pas très bien pour un nom de chien. En anglais ? « Paradise »… Cela ne sonnait pas bien non plus… « Heaven » ? Nous avons pensé que ce serait parfait !

Aviez-vous des craintes particulières avant l’arrivée d’Heaven ?

Des craintes, pas vraiment, si ce n’est l’appréhension de « mal faire ». Mais nous comptions sur la disponibilité de nos interlocuteurs, les conseils du vétérinaire (que nous allions rencontrer lors de l’adoption) ainsi que sur notre motivation pour bien faire. Et nous avions « révisé » ce que nous avions déjà mis en application avec de jeunes chiens. Audrey nous avait bien fait comprendre que le processus d’éducation serait semblable ! Même si Heaven était âgé de 4 ans, ce chien allait tout découvrir ! Nous partions donc avec l’idée de faire comme s’il venait de « renaître ».

Comment s’est passé le moment de la rencontre ?

gamelle beagle golden retriever En fait, quand nous avons rencontré « tout ce petit monde » à la clinique vétérinaire après notre long périple autoroutier, tout est allé très vite… Le premier contact avec un des trois chiens « disponibles » (celui qui est venu spontanément vers nous) a été moins « spectaculaire » que l’avais imaginé. A première vue, les chiens ne semblaient pas malheureux ni souffrir d’un handicap particulier. Tout s’est bien déroulé lors du check-up médical (« révision des quatre ans » de captivité !).

Curieusement, c’est seulement au moment de la séparation que nous nous sommes rendu compte du chemin à parcourir. Dehors, il pleuvait. La laisse passée, nous avons quitté la clinique vétérinaire et le premier contact d’Heaven avec l’extérieur fut saisissant : « toucher » l’eau, sentir, entendre le vent… Avec le recul, je me dis que cette expérience a dû être traumatisante pour lui. Il restait figé, ne sachant quoi faire. Il était surpris, mais pas craintif ! Arrivée à la maison, son premier contact avec l’herbe du jardin fut vraiment impressionnant. Il levait les pattes très haut, ne sachant comment faire pout marcher là-dedans !

Comment va-t-il aujourd’hui ?

Cela fait pratiquement 8 mois qu’ Heaven est parmi nous. Et je dois dire que nous lui avons tout appris… ou plutôt, qu’il a tout découvert ! Et à mon sens, bien plus vite qu’un jeune chien ! Aujourd’hui, nous en sommes à réprimer les bêtises !! Monsieur va piquer les croquettes de Vanille quand on a le dos tourné (pour pas se faire engueuler…), squatte le canapé (devenu sa propriété !) et aboie. L’entendre aboyer pour la première fois nous a déclenché un fou rire : il n’aboyait pas, il « miaulait » ! A présent, chaque fois que quelqu’un s’attarde devant la maison, il nous le fait savoir…

photo beagle et golden retrieverHeaven est extrêmement présent dès qu’on s’occupe de Vanille. Si on « l’écoutait », les caresses devraient lui être réservées Il connait par cœur les moindres recoins du jardin qu’il parcourt « à fond la caisse » quand l’enthousiasme le prend… Comment va-t-il ? Très bien, je pense ! Juste un petit bémol encore : Heaven a du mal à assimiler le principe pourtant très terre à terre de la propreté : « pipi = dehors » ! Mais cela va de mieux en mieux et il sait très bien quand il a fait une bêtise. Il s’en va penaud, levant les pattes comme s’il marchait dans son pipi, alors qu’il est déjà loin (rires).

Heaven « collait » beaucoup Vanille les premiers jours ! Comment s’entendent-ils aujourd’hui ?

Ce comportement « instinctif » s’est rapidement calmé. Nous avons étudié avec le vétérinaire l’éventualité de le faire castrer, mais personnellement je n’y suis pas très favorable (il parait que je suis quelqu’un qui est dans l’empathie !). Vanille a eu ses chaleurs récemment et nous appréhendions beaucoup. Cependant, tout s’est bien mieux passé que nous l’avions imaginé ! Quelques « grimpettes » inévitables mais notre respectable vieille fille de neuf ans a systématiquement remis le cadet à sa place, simplifiant bien les choses !

Comment Heaven réagit-il face aux autres chiens ? Et avec les autres animaux ?

beagle et jack russelEn fait, pour le moment, il n’a vraiment rencontré que Vanille et le chien du petit ami de ma fille Melany, un Jack Russel baptisé Hunter (Heaven, Hunter : très « british » tout ça !). Avec Hunter, c’est parfois un peu difficile car ce dernier est assez jaloux et joue les petites teignes ! Mais il s’est bien habitué à Heaven et celui-ci ne se laisse pas faire quand il y a un « compte à rendre » ! Toujours sans trop d’agressivité, bien sûr, et sous la vigilance des maitres.

Les autres animaux de la maison étant des poissons rouges (dont un s’appelle Juliette !), pas de préoccupation particulières de ce côté-là… Encore que le compagnon de Juliette s’est fait la malle un jour et nous ne l’avons jamais retrouvé… Comment a-t-il disparu de l’aquarium ?! Pas de témoins !

Nous avons tenté l’expérience de la balade sur la plage avant la saison estivale, qui, dans notre Charente Maritime, apporte son lot de touristes et les restrictions et complications qui vont avec ! C’était au mois de février, donc Heaven était parmi nous depuis peu de temps… Il a croisé ce jour là plusieurs autres chiens de tous poils et ça s’est parfaitement bien passé ! Il fut moins prompt à jouer que son pote Hunter, mais une fois la situation analysée, il a galopé avec ses nouveaux copains sur la plage. Génial !

Garde-t-il des séquelles de son ancienne vie, physiquement ou au niveau de son comportement ?

Physiquement, je dirais qu’il n’a pas de séquelle, si ce n’est ce « problème » de voix. Il a aussi une petite cicatrice sur le ventre, dont nous ne saurons sans doute jamais rien… Au niveau du comportement, son étonnement perpétuel nous surprend. Cela n’est pas vraiment une séquelle, mais nous somme tellement persuadés de l’avoir fait « revivre », que nous imaginons parfois son comportement comme bien plus « surnaturel » qu’il ne l’est vraiment… Aujourd’hui, je doute que quelqu’un qui « passe par là » puisse imaginer d’où il vient… D’ailleurs, nous en avons fait l’expérience. Nous avons appris à des invités les origines atypiques d’Heaven et ils ont systématiquement été surpris. Rien dans son comportement actuel ne laisse penser qu’il a été maltraité, ou en tout cas enfermé pendant les quatre premières années de sa vie.

Que diriez-vous à ceux qui aimeraient aussi adopter un beagle issu d’un laboratoire ?

Je dirais « que du bonheur »… mais ce serait trop attendu, bien-sûr. Je dirais donc plutôt que le maître apprend autant que le chien, dans le sens où c’est une expérience sacrément enrichissante de sauver une vie (aussi « animale » soit-elle !) et d’en accompagner une nouvelle. On voit un tas d’horreurs sur les réseaux sociaux, parfois insoutenables, sur la manière dont « les gens » traitent les animaux… Je ne saurai sûrement jamais rien sur le passé de mon chien… En tout cas, je dirais qu’il faut rencontrer les bonnes personnes, celles sans qui Heaven serait probablement mort. Je pense qu’il faut faire cette démarche « en équipe » et communiquer après l’adoption, ne pas garder cette expérience pour soi mais bien en faire profiter les autres.

beagle jeepSavoir si votre chien est reconnaissant après cela, c’est difficile à dire. Personnellement, je n’ai pas fait ça pour ça. J’ai voulu faire une belle expérience d’équipe, celle de « faire naître » ou plutôt « renaître » un chien, avec Audrey, Pamela, Juliette, les vétos de la clinique de Montpellier et ceux qui le suivent aujourd’hui ici, mais aussi ceux qui s’intéressent à lui, à ce qu’il est devenu, et qui réfléchissent à ce qu’on peut faire pour sortir ses congénères de l’enfer, pour leur offrir une autre vie… au paradis. Il faut que je vous laisse car justement, Heaven aboie (ou plutôt « ab-miaule ») dans le jardin. Je vais de ce pas voir ce qui se passe…


Un grand merci à Stéphane pour le témoignage très riche qu’il nous a confié.

A voir aussi :

18 réponses à Après l’enfer, le paradis : la nouvelle vie d’un beagle de laboratoire

  1. Stéphane RICARD dit :

    Bonjour,
    Merci Juliette pour m’avoir permis d’accéder a cette expérience tellement enrichissante; et de trouver un si « génial » compagnon !….

    Pour ceux qui fréquentent le FaceBook: L’album Photos (« public »; depuis les préparatifs de l’adoption jusqu’à aujourd’hui…) est ici:

    https://www.facebook.com/ricaste/media_set?set=a.4669757136500.175180.1070757142

    Encore merci….

    Stef

  2. Audrey M. dit :

    Très beau témoignage, très touchant…. Tellement heureuse qu’Heaven est pu trouver une si belle famille. Encore merci à toi Stéphane, et très belle longue vie à vous tous…. Bisous.


    Désolée j’ai cliqué par erreur sur « j’aime pas » et je n’arrive pas à le retirer…

  3. Laurence Lesaint-Varay dit :

    Nous habitons sur l’île de Ré et avons aussi la chance d’avoir une petite Beagle de trois ans bientôt.(elle vient de chez un éleveur que je n’ai pas envie de recommander…) Elle s’appelle Footsie et je suis sûre qu’elle serait heureuse de faire la connaissance de Heaven.
    J’ai été très émue par votre témoignage et Heaven a de toute évidence trouvé son paradis sur terre, avec une Maman Golden qui a du elle aussi se réjouir de le voir arriver.
    Je suis joignable sur facebook si le coeur d’Heaven lui en dit !

    • Stéphane RICARD dit :

      Oups ! bien sûr, pourquoi pas ?! Heaven est en « pleine forme » et c’est un « séducteur » ! (LOL… Bon d’accord pour le moment il n’a eu que Vanille « à séduire »… qui n’était pas d’accord (et c’est très bien comme ça)
      Mais les beaux jours revenus, pourquoi pas lui présenter « une copine » (et plus si affinités ? )

      • Laurence Lesaint-Varay dit :

        Cool, on attendra en effet les beaux jours ! En attendant bon hiver au coin du feu avec Heaven et Vanille

  4. nathalie scelles dit :

    magnifique élan d’amour envers ce beagle. Ils ont tellement besoin d’amour et ils nous le rendent tellement bien

  5. assurances animaux dit :

    Histoire émouvante qui doit être partagée à tout prix.
    Nous pensons que les expériences doivent être très strictement encadrées. Ici le retour reste touchant pour ce beagle.
    Hésitez pas donc à adopter des chiens issus d’expériences de laboratoire

  6. marie laure emard dit :

    c’est une très belle histoire d’avoir sauvé Heaven de cet enfer avec toute l’équipe qui a pu le sortir de là. Donner nous vite de ses nouvelles. Ces êtres sans défense ont vraiment besoin de nous. Bravo.

  7. Patricia dit :

    Quel joli témoignage !

    Le 10 décembre prochain, cela fera quatre ans que j’ai adopté Corail, mon beaglou réformé d’un laboratoire d’une école vétérinaire où il est resté durant ses deux premières années de vie.

    Il s’est métamorphosé au fil des jours et encore maintenant, il m’étonne par ses progrès ! C’est un petit chien extraordinaire et parfaitement bien dans ses papattes !

    Je souhaite une belle et longue vie à Heaven !… Caresses à lui ainsi qu’à Vanille !

  8. l-assurance-chien dit :

    Bonjour,

    Dans le monde de la santé canine depuis plus de 10 ans, j’ai toujours été admirative des personnes qui comme Audrey se battent au quotidien pour offrir à nos compagnons à 4 pattes la seconde vie qu’ils méritent enfin.

    Tous ces laboratoires qui torturent des chiens pour tester des produits devraient être interdits, c’est une honte.

    Bravo pour votre article qui met en lumière ce genre d’actions coup de poing.

  9. Raza Beagle dit :

    Me ha servido muchísimo tu sitio web, un saludo desde Argentina!!

  10. Grangladen richard dit :

    Bonsoiŕ,

    Belle, très belle histoire.

    Nous avons un beagle de 10 ans. Nous avons découvert cette race par hasard et y sommes depuis très attachés. Ce chien est simplement exceptionnel par son caractère, sa gentillesse, son intelligence. Ceux qui ont des doutes sur l’éventuelle intelligence d’un chien devraient s’intéresser au beagle…

    Donc notre message est, si vous avez connaissance de beagle à adopter car en labo, n’hésitez pas à nous contacter, nous serons sa famille d’accueil.
    Mes coordonnées . ®.Grangladen. 06 80 14 76-05

  11. Magnifique histoire Ca remonte vraiment la foi en l’espère humaine de voir des choses comme ça !

  12. maela ♥ dit :

    Super touchant ce témoignage. Ça fait froid dans le dos ce que certains humains sont capables de faire à des animaux sans défense. Heureusement qu’il existe des gens comme vous qui ont un cœur et qui pensent d’abord aux animaux avant de penser à de stupides expériences. Ils n’ont qu’à essayer sur eux au lieu de s’en prendre à un animal sans défense !
    Un gros bisous de ma part à Vanille et Heaven! (ou une léchouille s’ils préfèrent )

  13. Stephane RICARD dit :

    Merci beaucoup pour ces zolis compliments et tous ces encouragements Maela !
    Heaven vient d’avoir 7 ans (le 14 juillet !) et même s’il a connu une année 2014 difficile (à cause de « ses antécédents » notamment… le labo qui l’a « utilisé » lui a flingué les reins… mais c’est en partie « réparé »), il se porte bien !! Il a dû également se « passer » (tout comme ses maîtres… ) de sa copine Vanille qui est décédée en août 2014 : tumeur cancéreuse envahissante.
    Elle nous/lui manque tellement…
    Biz Maela ; merci encore !
    Steph

  14. Patricia dit :

    Bonjour Stéphane,

    Quelle tristesse d’apprendre que votre Vanille a traversé le pont de l’arc-en-ciel il y a onze mois… Repose en paix Vanille… Condoléances ainsi qu’aux vôtres.

    Triste aussi d’apprendre que l’année 2014 a été difficile pour votre petit Heaven, tant sur le plan de sa santé que sur le plan psychologique à cause du départ de sa copine… 2015 semble meilleure pour ses reins fragilisés par ces sorciers de laboratoires et j’en suis heureuse ! Je suis certaine que Vanille veille sur lui depuis la dimension dans laquelle elle se trouve.

    Cordiales salutations, caresses et bisous à Heaven et papatte de la part de Corail qui aura 8 ans le 3 septembre prochain.

  15. Francine, Suisse dit :

    Bonjour, cela fait maintenant 4 mois que nous avons accueilli Diego, qui avait alors 12 mois. Nous sommes allés le chercher dans un refuge près de la frontière française. Ils étaient 14 beagle âgés entre 6 mois et 5 ans, en bonne santé physique. Nous avons craqué pour Diego, tellement effrayé… Nous avons été choqués de constater qu’il ne savait ni marcher en laisse, n’osait pas manger, ne savait pas uriner comme un mâle, ni aboyer… Cela fait env. 1 mois qu’il joue avec nous ou ses jouets et cela nous remplit de joie. Ses progrès, et ses régressions, nous surprennent chaque jour. Il déborde d’amour et de joie, et je pense de reconnaissance, mais toujours dans la crainte. Il n’a aucune agressivité ni envers ses pairs que nous croisons lors de nos longues balades très sportives, car il est très dynamique, ni envers nos deux chats qu’il a immédiatement adoptés. Bref, nous ne regrettons aucunement notre adoption et chaque jour, nous l’aimons un peu plus.

  16. Patricia dit :

    Ces petits rescapés de l’enfer ont un petit supplément d’âme… Leur donner le meilleur est un bonheur de chaque instant !

    Corail se joint à moi pour souhaiter à Diego et à vous-mêmes de belles et longues années faites de complicité, de respect et d’amour partagés !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *