Fin des tests de toxicité sur 36 beagles d’un laboratoire américain

La Société protectrice des animaux des États-Unis et tous les signataires de sa pétition ont réussi à mettre fin aux expérimentations sur 36 beagles d’un laboratoire.

The Humane society of the United States (HSUS) est une organisation œuvrant à l’échelle internationale pour la protection des animaux. Des enquêteurs de sa filiale américaine en infiltration ont récemment saisi de multiples études. L’une d’elle concerne un essai d’un an mené sur 36 beagles d’un laboratoire du Michigan pour évaluer la toxicité d’un fongicide. Les chiens ont été soumis à l’ingestion forcée de capsules de gel contenant une certaine quantité du produit chimique testé. Ceux qui survivaient à ce poison étaient condamnés à mourir malgré tout. Il étaient en effet prévu de les euthanasier en juillet, à l’issue de l’année d’expérimentation, afin de procéder à l’examen de leurs organes.

Des tests cruels à plus d’un titre

Ce test de produit phytosanitaire a été commandé par Corteva Agriscience, une division de Dow AgroSciences, société spécialisée dans la production de produits chimiques pour le monde agricole. « Nous convenons qu’il existe de meilleurs moyens d’obtenir les données nécessaires à cette étude et nous travaillons en étroite collaboration avec la Société protectrice des animaux des États-Unis depuis de nombreux mois pour encourager l’Agence nationale de vigilance sanitaire du Brésil à modifier ses exigences en matière d’expérimentation animale pour les pesticides », a déclaré Corteva Agriscience au journal américain Daily News.

Si l’entreprise se préoccupait réellement du bien-être animal, on est en droit de penser qu’elle aurait préféré renoncer à commercialiser son fongicide sur le marché brésilien plutôt que d’exposer des dizaines de chiens à un traitement aussi cruel… Un choix pécuniaire d’autant plus révoltant que la HSUS affirme que la réglementation américaine n’exige pas pour les pesticides des essais sur les chiens d’une durée d’un an. La durée légale est de 90 jours, rapporte le journal international Epoch Times dans un article dédié à cette affaire.

Qui plus est, la nature même du produit testé – un fongicide – ne peut que renforcer l’indignation de toutes les personnes convaincues de l’impact désastreux des pesticides sur l’environnement ainsi que sur la santé humaine et animale…

La vidéo choquante de la HSUS

Il y a moins de 15 jours, la HSUS a communiqué son rapport d’enquête secrète : Toxicity Testing on Dogs exposed. Elle a par ailleurs lancé une pétition en ligne et publié sur son blog un article présentant une vidéo enregistrée clandestinement, que voici.

Attention, cette vidéo contient des images susceptibles d’heurter la sensibilité des plus jeunes ainsi que des personnes non averties.

Corteva cède sous la pression

Lundi 18 mars, la HSUS annonçait sur son blog l’arrêt du test de Corteva Agriscience sur les 36 beagles de Charles River Laboratories. L’organisme de protection des animaux félicite Corteva pour cette décision et l’exhorte à présent à œuvrer pour la réhabilitation de ces chiens. La HSUS souhaite qu’ils soient confiés à des refuges partenaires en vue d’être adoptés par des foyers aimants.

Afin d’encourager la libération et la réhabilitation des 36 beagles, la HSUS maintient sa pétition initiale et nous encourage à la signer et à la partager :

Remarque concernant la pétition internationale : une fois les premiers champs remplis (prénom, nom, adresse mail, pays) et validés, un pop-up apparaît. Vous pouvez accepter ou refuser de recevoir des mails de la Humane Society. N’oubliez pas ensuite de valider votre signature en cliquant sur le bouton « Send Now » (vous pouvez si vous le souhaitez modifier au préalable l’objet et/ou le contenu du modèle de lettre). Vous recevrez un mail de confirmation.

Une pensée pour Harvey

Harvey beagle laboratoire américainLe beagle présenté au début de la vidéo est Harvey. Les chiens de laboratoire sont généralement numérotés plutôt que nommés. Harvey (numéro 1016) fait figure d’exception. C’est parce qu’il l’ont trouvé particulièrement sympathique que les employés du labo ont décidé de lui donné un nom…

Sur la photo ci-contre, prise par la HSUS, on voit Harvey attendre avec une employée des Laboratoires Charles Rivers que le technicien responsable des euthanasies l’emmène dans la salle d’autopsie…

Ce beagle a servi de cobaye pour une étude commanditée par la société Paredox Therapeutics. Comme Harvey, plus de 60 000 chiens sont utilisés chaque année aux Etats-Unis pour des tests de toxicité et autres recherches en laboratoire.

Repose en paix, Harvey.

4 réponses à Fin des tests de toxicité sur 36 beagles d’un laboratoire américain

  1. Clément Martine dit :

    Comment peut-on encore pratiquer de telles horreurs sur les animaux!

  2. Goguelat dit :

    Pour cesser le massacre et donner la liberté à ces pauvres bêtes qui ne demandent qu’à Vivre !

  3. Goy dit :

    Horreur absolue…

  4. Zoglia dit :

    Comment des humains peuvent-ils agir ainsi ……Je n’ai pas de mots

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *